VERBES png.png

jill guillais
Concepts et poésies


Jill Guillais, artiste plasticienne normande est l’auteure d’une œuvre poétique entre sculpture, action, installation, vidéo, écriture et photographie, qui se présente comme une exploration mouvante et langagière des potentialités de l’objet et des milieux dans lesquels elle choisit de s’ancrer.

Diplômée de L’Ecole Supérieure d’Arts et Médias de Caen-Cherbourg et de la Brighton Faculty of Arts (UK), l’artiste développe une démarche empirique dans laquelle les mots résonnent à vive allure. Elle s’engage dans une approche verticale de son environnement immédiat et de ses composants et enrichit sa recherche de ce qu’elle appelle des ancrages : un dispositif qui lui permet d’explorer plus en spontanéité les interactions potentielles avec ce qui l’environne. Son travail est en constante évolution car c’est pour elle en forçant l’action que les concepts naissent. Ses recherches, à la fois sémantiques, théoriques et plastiques sont volontiers ponctuées de touches de sérendipité. Son processus de travail accueille en effet la sérendipité comme un signe qui mérite de trouver une raison d’exister.
Elle manipule ce sur quoi son regard s’attarde : un mot, une pâquerette, un recoin.
Elle explore l’existence de ces objets du quotidien qui nous sont proches et se met en dialogue jusqu’à révéler leur portée insoupçonnée : vaporeuse, mystérieuse, symbolique, philosophique et poétique. Elle affectionne particulièrement ce voyage de l’intime à l’altérité

L’artiste tient particulièrement à une pièce évolutive qu’elle intitule Canvas  qui intervient comme une grille de lecture, une sorte de cartel pluriel, en amorce de toute exposition personnelle. Canvas est une liste d’infinitifs qui se lisent à même le mur.  Les infinitifs font parfois directement référence aux pièces exposées, d’autres fois, ils sont une manière de rendre présentes les œuvres absentes qui ont cependant activement contribué à l’existence des pièces exposées. Puisqu’un verbe non conjugué est ouvert à tous les sujets, ce puzzle langagier, à la fois conceptuel et insitu, est pour l’artiste  une manière d’inviter le regardeur à venir plus près, de le rendre auteur.

Par des rencontres imprévues, des agencements qui troublent Jill Guillais offre au regard un univers dans lequel le point se prolonge pour retarder la fin. Les infinitfs s’y investissent parfois dans des formes plastiques via la manipulation de l’échantillon, du végétal,  d’images numériques ou d’objets trouvés. Une pièce de puzzle finit par se déshabiller sans pudeur.
Un cartel peine à s’écrire. Les mercis sont en fleurs.