Exposition Accrochages à THAON

March 12, 2019

Invitée par l'association Surface Sans Cible à l'Espace Michel Frérot de Thaon dans le cadre des Laboratoires d'idées photographiques.

 

Exposition ACCROCHAGES

Espace Michel Frérot, THAON

Jill Guillais

 

 

 

 

Artiste plasticienne

www.jillguillais.com

guillais.jill@gmail.com

 

Jill Guillais, artiste plasticienne, amorce en 2012 ses recherches sur l’échec et l’incomplet pendant ses études à la Brighton Faculty of Arts (UK). Dans le cadre de l’exposition ACCROCHAGES, l’artiste présente des oeuvres nouvelles qui entretiennent toutes un lien particulier avec l’image photographique. Chaque oeuvre a sa propre identité, sa propre histoire, son propre sens. Beaucoup d’entre elles s’attardent sur des éléments souvent rejetés dans la “belle” photographie tels que les flous ou les contre-jours. L’artiste s’en empare pour les mettre au service du concept et bousculer les idées préconçues.

 

REZ-DE-CHAUSSÉE

 

Waving.*

Socle et impressions sur forex.

2017

 

Trois photographies documentent le mouvement d’une boîte en bois et plexiglas qui renferme les pièces d’un puzzle incomplet. Le tout monté sur pied rotatif et une fois agité par l’artiste, donne à voir cette vague bleue qui se superpose au ciel. Tourner en rond, la figure du cercle, un éternel recommencement qui tous les matins nous dit “à demain”.

*saluer d’un signe de la main

 

Oiseau.

Impression poncée sur toile à peindre, découpée puis brodée.

2019

 

Un ciel bleu contraste avec le blanc des nuages. Le nuage naïf se confronte aux formes pourtant changeantes, capturées à l’instant T.  La réalité capturée se découd pour laisser place aux stéréotypes, à ces pictogrammes si bien imprimés dans nos idées : contours grossiers, contenance simplifiée.

 

Portraits de famille.

Diptyque de portraits. Impressions sur papier beaux-arts

2019

 

La photographie qui documente un travail plastique en lui offrant une dimension supplémentaire. Ici, c’est l’idée d’un portrait de famille qui est explorée. Même cadrage, même fond. Des airs de photos de classe aussi, le même profil choisi, le même éclairage.

Le sujet du portrait n’est pas sans étonner: une chaussette brodée.

Avant broderie elle était chaussette sale et célibataire, une fois la seconde rencontrée elle a partagé avec elle ses couleurs de fils afin de créer une nouvelle famille, une paire reconstituée. Riches de leurs différences du premier regard, elles tissent ensuite des liens forts et coloré qui subliment leurs plis et leur texture. La chaussette orpheline et jetée au fond du placard se place alors sous les projecteurs pour devenir soudainement clinquante et importante.

 

Chasing the missing one

Point de croix sur toile Aïda.

2019

 

Une amitié se soutient dans la recherche commune de la supposée pièce manquante du puzzle. L’image photographiée en atelier se trouve ensuite brodée par Mamie Paulette. Les deux femmes portent les vêtements de la brodeuse. Une boucle se ferme pour changer la couleur du fil.

Se perdre dans l’espace de l’image et ses détails et perdre la notion du temps pendant un instant. Le temps de la réalisation, celui de la contemplation. La tradition et la transmission sont au coeur de l’oeuvre. Les ponts se créent lorsque le fil se tend. L’image se noue , touche par touche, point par point.

 

Les insoupçonnés

Photographie  d’une broderie en contre-jour.

2019

 

Ces espaces vides auxquels on ne pense jamais. Le contre-jour si souvent refusé par les photographes est ici placé plein centre. Il devient alors catalyseur, révélateur de l’insoupçonné. Notons que les pièces de puzzle aussi, une fois associées, laissent passer la lumière.


 

PREMIER ÉTAGE

 

Hiver 94

Impression sur toile et découpes.

2019

 

Les pellicules sont en pixels

Impression sur toile et découpes.

2019

 

Capturer l’instant de son propre vécu grâce aux cassettes vidéo. Se placer comme photographe avec son propre passé pour sujet. On cadre et on reformule. On cherche à mieux saisir le contour des souvenirs perdus, à l’image de l’artiste qui s'entraîne à dessiner à la ligne claire. Le manque de précision des images ouvre des portes sur des frontières improbables entre les fonds évidés et les formes qui en émergent. Les pixels colorés rappellent les souvenirs de points de croix avec mamie. La toile s’effiloche au contact d’une lame qui tranche : l’oubli.

 

Mémoire vive

Installation. Impression sur papier texturé, découpes, vernis et ciporex.

2019

 

Un regard angle plat, de suite dirigé vers l’angle en bas à gauche. Le vide attire l’oeil. Un vertige car l’incomplet dérange. C’est en ajoutant du personnel à l’anonyme que des parties se sont paradoxalement retirées. Comme si la force de nos projections, de nos interprétations, pouvait grignoter ce qui se trouve maintenant sous nos yeux.

 

Urgence et précipices.

Impression sur papier texturé, plâtre et cadre ancien.

2019

 

Refuser le non maîtrisé et concrétiser les idées les plus abstraites. Un retour à la matière qui s’impose nécessaire lorsque le flou persiste. Le risque est grand et la chute imminente. On comble les espaces vides dans l’urgence au lieu d’accepter le lâcher prise.

 

90° pleine page

Installation. Impression sur papier texturé, cadre d’angle et fragments d’encadrement.

2019

 

Les coins : ces petits espaces qu’on oublie souvent d’habiller. Nus, ils sont des entre deux murs que l’on met de côté. Ici l’oeuvre se plie au caractère du coin pour faire corps avec. Image de deux lieux qui dialoguent. Les deux se complètent et s’accrochent l’un à l’autre pour exister plus fort. Rencontre des oubliés, entre coin ignoré et lieu désaffecté.

 

Acide et confettis

Tirage numérique sur papier glacé.

2018

 

Le confetti fait joie mais celui-ci, une fois coupé, laisse émaner cet acide acide cyanhydrique qui chatouille le nez. On s’imaginait pourtant déjà le lancer dans les airs pour côtoyer des ciels heureux. Bloqué, capuchonné, le tube à essai ne laisse rien passer. La nature mise sous verre après avoir été mise en miettes. La traversée des saisons au sortir de la cage.


 

Alocasia

Installation. Impression trouée, tube de verre et plante verte (Alocasia).

2019

 

Des petits trous. Une tonalité enfantine sympathique. Le “pour de faux” si cher aux enfants et ses conséquences sur la réalité. Ce besoin d’affaiblir, d’abîmer, pour mieux maîtriser, mieux régner. La plante ne bougera pas, l’homme le sait. Elle subira. S’attaquer à l’image sans penser au sujet. Si j’attaque ton image, en es-tu bouleversé(e) ? La violence de la perceuse sur photographie est d’autant plus forte que la réalité de cette plante ajourée. Quelques larmes s’écoulent parfois mais un joli brun viendra cerner ses blessures pour sublimer les nouveaux espaces vides créés.

 

New skin for an old queen

Impression sur forex et épingles à quilter.

2017

 

La chair de l’arbre mise à nu plein public et sans pudeur par l’homme et son besoin de ville, se fait revêtir par l’artiste. L’image contrecollée de feuilles cousues s’installe ici comme le baume réparateur d’une nature blessée et les épingles comme autant de point d’accroche pour mieux cicatriser.

 

Encore une fois.

Impressions sur forex, tiges métalliques et épingles à quilter.

2019

 

Recouvrir la nudité si mal supportée par nos sociétés puis réitérer le geste. La nudité assumée se fait belle mais l’imposer est cruel. L’arbre décimé, décapité, profite d’une nouvelle peau de verdure, un semblant de vie. Les temps forts d’un parcours bien rangé sont épinglés à la perle blanche. L’action devra se répéter jusqu’à perdre sa nécessité.

 

Vues sur la street #1 #2 #3 #4

Impressions d’images de google street view sur papier perforé.

2019

 

Lorsque l’on cherche à se situer dans l’espace, l’outil s’impose désormais. Google maps est un prolongement de la main, devenu outil du quotidien. Ici, un même lieu pour plusieurs vues. La ville de Brighton est visitée en street view. Les plans s’accumulent pour finir sur une vue en plongée à regarder sans baisser la tête. La navigation reste guidée et nous montre ce qu’elle aime donner à voir. Le prisme de l’information ciblée. L’oeil se resserre. Mieux nous traquer pour mieux cibler les images consommées.


 

NEWSLETTER MARS 2019 :

https://shoutout.wix.com/so/37MWTKvVb?fbclid=IwAR3do8zgjRxXVRshCsrvUPcUPql1IkuQhXJ6TmJ9k1gPQof5XK_C3UHp7H4#/main

 




 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Retour en images sur le vernissage ÉCHEC ET BAM! 28.06.2019

July 5, 2019

1/5
Please reload

Posts Récents

September 5, 2019

May 15, 2019

October 22, 2018

January 30, 2018

Please reload

Archives